13 oct. 2015

Comment protéger bébé de la pollution de l'air ? Notamment quand on voyage...

En tant que parents on est tous de plus en plus préoccupés par la pollution de l'air. 

Vous envisagez de passer quelques jours dans une grande ville, à Paris ou même ailleurs dans certaines grandes villes encore plus polluées ? Quels sont les risques et surtout comment protéger son bébé ?

Quelques rappels sur la pollution de l'air

La pollution de l'air on en parle tous, mais ça reste un sujet compliqué, face auquel on ne sait pas trop comment on doit agir, surtout en tant que parents. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles on préfère l'oublier le plus souvent, même si ce n'est pas la meilleure façon de s'en prémunir. 

Parfois on la sent : les mauvaises odeurs des pots d'échappement nous dégoûtent. Parfois elle nous fait tousser ou elle nous irrite les yeux. Mais ses effets sont aussi potentiellement bien plus pernicieux, a fortiori sur un jeune enfant : elle favorisent certains problèmes respiratoires, conjonctivites, rhinites ou eczemas. Elle est particulièrement problématique pour les asthmatiques. Les polluants peuvent aussi diminuer les défenses de l'organismes aux infections en général... et sont incriminés comme causes possibles dans diverses autres pathologies et cancers. 

Il existent de nombreux types de polluants principalement dus aux activités humaines (transports, industrie, chauffage, alimentation...) qui les émettent. On distingue pour simplifier généralement 6 types de polluants principaux : les particules fines, le dioxyde d'azote, l'ozone, le dioxyde de soufre, le monoxyde de carbone et les composés organiques volatils (COV).

S'informer et s'adapter

Partout dans le monde, des systèmes de mesure se mettent en place. La banque mondiale a ainsi pu publié en 2014 des valeurs moyennes des de particules fines dans 1600 villes dans le monde. 

Mieux encore, Plumelabs.com propose de l’information grand public en temps réels sur de nombreuses villes dans le monde. On peut facilement télécharger leurs applications mobiles Android ou Iphone.
Elle est utile au quotidien, notamment pour ceux qui habitent dans des grandes villes, et surtout aussi en voyage. 

L'idée ensuite est d'adapter ses activités avec son bébé en fonction de l'heure de la journée. En cas de gros pic de pollution dans certains grandes villes des mesures plus radicales encore doivent parfois être prises avec un bébé. 



Les moyens de protection en cas de pic de pollution

Les fausses idées

Contre les particules fines et les autres polluants cités plus haut, il est inutile de porter un masque ou un foulard. Ces polluants sont trop petits pour pouvoir être filtrés ainsi, c'est gênant pour un adulte et ça l'est encore davantage pour un tout-petit. Contrairement à la pluie, il n’existe pas de parapluie efficace pour se protéger de la pollution de l’air !

Autre idée reçue : on n'est pas non plus protégé de la pollution à l'intérieur de son véhicule, on respire au contraire à fond les pots d'échappement des autres voitures. Mieux vaut donc éviter de prendre sa voiture, surtout s'il y a des risques de se retrouver coincer dans des embouteillages.

Ce qui est recommandé

  • Eviter la proximité des axes routiers et privilégier les espaces verts, les parcs, les zones piétonnes ou encore les bords de fleuve ou de rivière.
  • Si l'on doit marcher sur des trottoirs à proximité de routes fréquentées, mieux vaut alors si possible porter son bébé en hauteur plutôt que de le laisser dans sa poussette à hauteur des pots d'échappement.
  • Respirer de préférence par le nez (mais ça honnêtement c'est difficile à expliquer à un enfant en bas âge).
  • Eviter de s’essouffler. Pour les enfants cela implique de privilégier des jeux calmes et de limiter leurs efforts physiques, d'autant que leur fréquence respiratoire est plus élevée que celle d'un adulte.
  • Eviter les heures de pointes pour sortir (cf aussi l'application citée ci-dessus qui permet de repérer les heures les plus favorables pour sortir dans la journée) et adapter son programme de visites en fonction de l'information dont on dispose sur la qualité de l'air. 
  • Si risque de pic de pollution lors d'un séjour dans une grande ville, prévoir peut-être en « plans B » des activités possibles en dehors de la ville (exemple à Pékin, planifier une visite de la grande muraille ce jour là plutôt que de la Place Tian’anmen)
N'hésitez pas à commenter cet article pour partager vos expériences, un conseil ou une suggestion qui pourra être utile à d'autres parents.