Le blog de Julien, parent voyageur

et auteur du livre "Voyager avec bébé"


Salut, c'est Julien ! Bienvenue sur mon blog. De retour d'un tour du monde en famille, et après plus de 50 voyages avec mes enfants en bas âge, je partage dans ce livre l'ensemble des connaissances et astuces utiles pour mieux voyager avec de jeunes enfants (0 à 3 ans).

Ce blog est mon atelier d'écriture, je vous invite à le visiter et y participer. J'y ai travaillé de nombreux sujets, et j'y ai pris des notes pour la préparation de certains chapitres du livre. Vous y trouverez aussi des articles en lien avec mon actualité, des récits de mes voyages, ainsi que ceux d'autres parents ou d'autres contributeurs invités.

Quand on devient parent et qu'on part en vacances, on est confronté à une foule de problèmes et de questions liées à des sujets variés : transports, organisation des bagages et du quotidien, santé, sécurité, bien-être de l'enfant, parentalité positive... Je souhaite vous apporter les réponses à toutes ces questions, et vous proposer une synthèse qui vous permettra de voyager plus simplement à l'avenir, d'éviter les embûches et de passer tout simplement de meilleures vacances en famille.

21 août 2018

Bilan de notre tour du monde en famille - une quête de bonheur réussie ?

Alors c'était bien de voyager tout ce temps avec les enfants ? Vous en avez pas trop baver ? Est-ce que ça en valait la peine ? Retour rapide sur cette année passée un peu particulière...

Quels pays ? Nous avons voyagé autour du monde avec nos deux enfants en bas âge (moins de 2 et 5 ans au moment du départ), en Asie, en Océanie et en Amérique du sud. Une grande virée dans l'hémisphère sud, jusqu'aux antipodes de là où nous vivions. Plus précisément, notre itinéraire fut le suivant : Malaisie, Singapour, Bali, Australie, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Zélande, Chili (+ île de Pacques), Argentine.

Quand ? Mi-aout 2017 à début juin 2018. Soit une durée d'un peu plus de 9 mois dans l'hémisphère sud.

On peut voir des photos ?
Voici une sélection de photos de notre tour du monde en famille à découvrir sur Instagram. C'est ma femme qui en est l'auteur. Sans autre but que d'essayer, comme elle dit, de "partager un peu de la beauté du monde".

Sur Instagram, nos apparitions ainsi que celles des enfants restent discrètes. On a utilisé aussi un blog privé (avec l'application Memotrip), et un groupe Facebook privé, pour partager avec nos proches les photos plus personnelles et anecdotes du jour.

Alors c'était bien ?
Oui, mille fois oui. La réalité dépasse parfois les rêves. Ce voyage a comblé mon coeur, mon âme et mon esprit. Le spectacle qui s'est joué devant mes yeux a dépassé mes attentes.

Une sensation de liberté incroyable avant tout. Et l'émerveillement devant tant de beautés entrevues, la diversité des pays visités, les rencontres avec des personnes étonnantes et bienveillantes. Le temps qui semble s'écouler plus lentement et plus intensément.

Des instants magiques en pagaille avec les enfants ! Comme si la beauté du monde était décuplée en leur présence ; comme si les étoiles brillaient avec plus d'intensité ; comme si la nature se dévoilait avec plus de grâce ; comme si les gens nous montraient plus souvent le meilleur d'eux-même.

Vivre pour aimer et être aimé. D'un amour aux multiples visages : ceux de mes enfants, de ma femme, et de ce monde aux multiples facettes qui n'en finit pas de nous surprendre. Ce voyage en famille nous a ramené inlassablement à cette simplicité. Comme un ami qui nous prend par la main, avec patience et générosité, vers des chemins sans cesse renouvelés.

Retour rapide sur un itinéraire de type "Endless Summer"

Nous nous sommes accrochés à l'été, et il nous a emporté dans sa course autour de la terre. Nous avons pactisé avec lui, et il a tenu parole.

Avant de nous envoler en août, nous avons d'abord pris le temps en France, de savourer ses bienfaits en compagnie de nos proches. Il nous a déposé ensuite, dans une de ses cachettes, près de l'équateur, en Malaisie, puis à Singapour et à Bali. Plus au nord en Asie du Sud-Est, à cette époque de l'année, nous aurions été trop exposés à la mousson.

Puis nous l'avons devancé légèrement à Sydney pour quelques jours. Car nous avions convenu aussi avec lui d'éviter les chaleurs torrides qui peuvent sévir par endroit au plus fort de la belle saison. Nous nous sommes dirigés ensuite vers la Nouvelle Calédonie. Début Novembre, les prémisses de l'été sont une époque idéale pour visiter l'archipel. De retour en Australie, via Brisbane, nous avons pu longer la côte Est, à bord de notre van aménagé, et jusqu'aux merveilles de la Great Ocean Road.

Un peu avant noël nous avons rejoint l'île du Sud de la Nouvelle Zélande. Même le Milford Sound nous a gratifié d'un magnifique soleil. La beauté des lacs, des montagnes, des forêts, des fjords, et même des plages et du surf, notamment sur la péninsule de Coromandel... Tout cela forme un cocktail inoubliable. Puis nous avons fini par remonter avec notre van jusqu'à Aukland. Et de là, nous avons pu repartir vers l'Amérique du Sud.

En Février, direction la Terre de Feu, jusqu'à l'île Navarino, au-delà d'Ushuaïa. Ici l'été prend une tonalité plus froide. Il peut encore neiger parfois, même en cette saison. L'Antarctique n'est plus très loin. Mais les lumières sont stupéfiantes et l'ambiance de bout du monde est extraordinaire. En remontant la Patagonie le long de la cordillère des Andes, le ciel a continué de nous accorder sa clémence, même si le temps peut changer plusieurs fois par jour. Nous avons ainsi pu admirer dans toute leur splendeur, les trois "monuments naturels" que sont les Torres del Paine, le Fitz Roy ou encore le Perito Moreno.

Rassasiés de l'eau fraîche des glaciers de la Patagonie du Sud, nous avons poursuivi notre périple par la région des lacs et des volcans de la Patagonie du nord. Nous avons goûté ensuite aux vagues mythiques mais froides de Pichilemu. Puis nous avons cédé à l'appel de l'atmosphère mystique de l'île de Pacques, et à sa douceur de vivre estivale, aux accents tropicaux.

De retour sur le continent américain nous avons poursuivi notre remontée de la cordillère des Andes pour terminer au nord est de l'Argentine, dans la région de la Salta. Un première boucle au sud vers Cafayate, puis au nord vers Tilcara, près de la frontière bolivienne. Ici le ciel bleu azur joue merveilleusement bien avec les couleurs minérales et les formes prodigieuses dont se parent les montagnes arborées de cactus et parfois même enneigées sur les cimes.

Une dernière étape par Buenos Aires et sa région, sous un soleil encore chatoyant avant l'arrivée de l'hiver. Et nous sommes rentrés pour de bon en Europe début juin. Pour retrouver l'été familier, aux parfums de notre enfance. Les saveurs des mets délicieux et des fruits de nos terroirs. Les sourires des amis et de notre famille.

L'été nous a donc pris sous son aile. Avec lui, nous avons traversé les différentes latitudes de l'hémisphère sud, depuis l'équateur jusqu'aux dernières terres habitées avant le pôle sud.

Une quête de bonheur

Il y a 500 ans environ (en 1519 pour être exact), Magellan embarquait pour son fameux tour du monde en compagnie d'une flotte de solides gaillards. Et les dangers qui les attendaient étaient immenses. D'ailleurs lui-même n'en reviendra pas vivant. Pourtant aujourd'hui, quelques générations après, il est possible de partir en tour du monde avec ses enfants !

On a plus l'habitude de parler et d'entendre parler de ce qui va mal sur Terre. Mais en réalisant un tour du monde en famille, on ne peut que s'étonner et se réjouir qu'il soit possible aujourd'hui de parcourir autant de régions du monde, de manière relativement sûre.

Quand on pense à l'idée d'un tour du monde, des images nous viennent parfois d'aventuriers aux prises avec les forces de la nature ou avec des populations hostiles, de pionniers qui s'emparent des recoins les plus inaccessibles de la planète. Il n'était évidemment pas question pour nous de chercher à les imiter d'une quelconque façon, avec tout ce que cela impliquerait en terme de risque pour nos enfants.

L'aventure d'un tour du monde en famille est forcément différente. Elle s'apparente plutôt à une quête de bonheur et d'harmonie. Et elle est beaucoup moins une question d'égo, de performance sportive ou de conquête. La difficulté est ailleurs. Dans la recherche d'un équilibre et d'un bien-être de toute la famille ; d'un style de vie différent que l'on doit inventer au quotidien, et qui s'éloigne des schémas mieux connus de nos sociétés majoritairement sédentaires. A titre personnel, elle est aussi une quête de sagesse et de sens. Un pas de côté pour essayer de voir la vie et le monde sous de nouvelles lumières.

Envie de repartir un jour ? Oui bien sûr, on y songe. Un mode de vie semi-nomade, ne serait pas pour nous déplaire. Alors on va continuer de rêver, et essayer de réaliser d'autres rêves encore.

L'année à venir sera plus posée. Nous allons goûter un mode de vie plus bucolique, en Drôme Provençale. Encore une nouvelle expérience, car avant de partir en tour du monde, nous avons habité pendant plusieurs années en région parisienne.

Nous savourons les bienfaits de retrouver notre pays et nos proches. Travailler et s'atteler à d'autres projets. Chercher une autre forme de bonheur dans les vertes allées, ou un jardin d'Epicure. Continuer à explorer et à marcher dans les chemins de France, ce beau pays qu'on adore toujours et même plus encore.