Le blog de Julien, parent voyageur

et auteur du livre "Voyager avec bébé" - 2de édition janvier 2019


Bonjour et bienvenue ! Vous partez bientôt avec un tout-petit (0 à 3 ans) ? Pour un weekend, des vacances ou même un plus long périple ?

De retour d'un tour du monde en famille, et après de nombreux voyages avec mes enfants depuis leur plus jeune âge, j'ai rassemblé tout ce que vous devriez savoir dans le livre "Voyager avec bébé" (aujourd'hui dans sa deuxième édition).

Ce livre est destiné aux futurs parents et aux parents de tout-petits (0 à 3 ans). Il aide à voyager de manière plus confortable, plus sûre et plus économique. Et il aide à vivre des vacances plus heureuses en famille. Il est utile pour partir en famille près de chez soi ou à l'autre bout du monde ; pour quelques jours, semaines ou même plus.

L'application mobile gratuite et compagnon du livre vous donne accès à des checklists interactives et pré-remplies pour la préparation des bagages de votre enfant ; ainsi qu'au 1er chapitre de l'ouvrage.

Ce blog est mon atelier d'écriture. Je vous invite à le visiter et y participer. J'y ai pris des notes pour la préparation de certains chapitres du livre. Vous y trouverez aussi des articles sur des sujets connexes à ceux traités dans le livre, des récits de mes voyages, ainsi que ceux d'autres parents ou d'autres contributeurs invités.

13 mai 2019

Faut-il vouloir apprendre à devenir de meilleur parent ?

Etre parent est sans doute l'un des plus beaux métiers du monde. Et partout on le néglige ! Qui prend vraiment le temps d'apprendre, de lire, de se documenter, de se former ? Combien de parents se fixent réellement comme objectif de progresser dans ce domaine ? Très peu en vérité. Il n'y a là aucune reconnaissance de la société à gagner ni salaire supplémentaire immédiat.
Pourtant, le bonheur des individus, de la famille, et par extension de toute la société dépend grandement de ce facteur : la volonté d'apprendre à devenir de meilleurs parents. Valorisez le métier de parent ! Faites-le entrer dans toutes les consciences, dans les emplois du temps de chacun, dans les grandes priorités des réflexions politiques, et c'est toute la société qui s'en portera beaucoup mieux...

La plupart des petits êtres humains qui arrivent sur cette planète, se voient confiés à des personnes totalement ignorants de leurs besoins ou de leur façon de communiquer.

La nature a pourtant bien fait les choses : les adultes en âge de procréer ont en théorie un cerveau suffisamment intelligent pour apprendre encore rapidement les compétences et les savoirs qui leur manquent.

Le problème survient si la société n'encourage pas cet apprentissage des parents. Souvent, il est tellement dévalorisé que le père tire une certaine fierté à ne même pas s'y intéresser ! Bougre d'imbécile ! Et si cela commence à changer parfois à certains endroits, il ne faut pas oublier que le phénomène est encore très récent, et que nombre d'archaïsmes restent bien ancrés dans les réflexes comportementaux.

Pire : on continue à ignorer le problème de fond, si l'on pense seulement à rétablir l'égalité homme-femme pour "répartir la charge" que représente un enfant. Ce qu'il faut c'est que les deux parents aient à coeur de s'occuper de leur enfant, non seulement en y mettant toutes leurs capacités cognitives dans l'aventure, mais tout leur coeur et toute leur âme. Et que la société encourage cet élan, à la base tout à fait naturel.

Non ce n'est pas qu'une question d'autonomie ou d'aisance matérielle ! Mais aussi de préjugés ! On a vu souvent, à différentes époques et dans différentes formes de société, des familles aisées abandonner l'éducation de leurs enfants à toutes sortes de serviteurs, depuis la nourrice jusqu'au précepteur. Et on a vu souvent des enfants issus de familles aisées, bien plus malheureux et moins bien éduqués que ceux de familles plus modestes.

Insistons cependant sur une avancée positive : l'image du jeune enfant lui-même a radicalement changé. Autrefois, on ne le traitait pas comme une personne humaine. On le croyait attardé, gouverné seulement par ses désirs et ses instincts, tel un petit animal. Sa douleur et même sa mort, ne devait qu'à peine nous émouvoir. Juridiquement ses droits étaient quasiment inexistants, etc.

Avec les progrès de la science, on a non seulement réduit considérablement la mortalité infantile, mais aussi plus récemment redécouvert toute la prodigiosité du fonctionnement des enfants. Et la société prend globalement mieux soin des enfants (même s'il reste encore beaucoup à faire, pour respecter davantage les enfants et toutes les dimensions de leur personnalité).

L'enfant tend à être, par certains côtés, mieux respecté ! Mais le métier de parent ne l'est pas suffisamment ! Si l'on veut des enfants plus épanouis et mieux éduqués, il ne faut pas seulement investir dans des écoles ou les réformer une fois de plus ! Mais ouvrir un autre front, et commencer par donner plus d'attention et d'égard aux parents eux même, de manière à ce qu'ils réalisent leur plein potentiel. Et avec celui-ci, ce seront les enfants qui en récolteront tous les bénéfices, et donc plus tard, toute la société.

On pourrait se lancer dans une analyse de nombre de désordres sociaux, de comportements délictueux, etc. Mais le lecteur sait déjà bien cela : il a lu et vu maintes et maintes fois, que l'origine de nombreux problèmes chez les adultes tient en premier lieu à des manquements de l'éducation pendant l'enfance.

Alors par où on commence ? Sans doute, il serait bon qu'on accorde des congés parentalité beaucoup plus long et mieux rémunérés comme dans beaucoup de pays nordiques, au Québec, etc. Sans doute, on pourrait imaginer toute sorte d'actions de formation à destination des parents (premiers secours, psychologie de l'enfant, etc.).

Je ne doute pas une seconde que les gens aient plein d'idées pour progresser dans ce domaine. Et que les politiques aient sur ce thème de quoi travailler sur des sujets passionnants pendant de nombreuses années encore.

Mais à une échelle plus individuelle on commence par où ?
 
Par notre temps libre, les weekends, les vacances !

Une partie de ce temps sera passée à la maison et une autre en dehors ! Et c'est aussi cette partie de notre temps libre passée en dehors de chez nous qu'il faut considérer comme une belle opportunité d'apprendre !

Car les voyages en famille permettent d'acquérir à la fois des savoirs pratiques et plus fondamentaux ! Ils permettent d'expérimenter et de mieux comprendre les interactions subtiles de notre environnement et de notre état d'esprit sur notre bonheur et celui de nos enfants. À bien y regarder, le voyage en famille est en fait actuellement la meilleure opportunité qui nous soit donnée pour progresser dans notre pratique parentale. C'est le moment où tout redevient possible, où les préoccupations du quotidien s'estompent, où le meilleur parent qui sommeille en chacun de nous est le mieux à même de reprendre les commandes.

Alors vous aussi, saisissez cette opportunité des vacances et de vos diverses escapades pour devenir de meilleurs parents !

Faites une pierre deux coups : apprenez à profiter davantage de vos vacances en famille, et par la même occasion, devenez un meilleur parent capable de mieux répondre et en toutes circonstances aux véritables besoins de votre enfant.

Décrochez en même temps, la clé de votre bonheur en famille et de vos plus beaux rêves de vacances...