14 mai 2013

Grand week-end à Marseille et ses environs avec bébé

Cette année pour le grand pont du 8 mai, nous sommes allés avec bébé à Marseille et à la Ciotat. Une destination exotique pour des parisiens en manque de soleil comme nous le sommes. Récit d'un voyage haut en couleurs et en rebondissements...






Pourquoi Marseille et ses environs ?

  • La cité phocéenne est capitale européenne de la culture en 2013. A ce propos, il existe un site internet créé à cette occasion pour mettre en avant les activités culturelles programmées pendant toute l'année à Marseille. Il est plutôt bien fait et vous donnera des idées de visites et de spectacles à voir.
  • Située à 3 heures de TGV de Paris, cette destination est relativement facilement accessible avec bébé.
  • La côte est magnifique aux alentours de Marseille. Et en cette saison on a de bonnes chances d'y trouver le soleil.
La suite de cet article est écrit de manière chronologique : "J-30" signifie 30 jours avant le départ. J0 désigne le jour du départ. J1 le lendemain du départ, J2 le surlendemain  etc...  

J-30 : Achat des billets sur le site voyages-sncf.com

Voir l'article de ce blog dédié à la réservation de billets de train avec bébé
=> Réserver ses billets de train pour voyager avec bébé

En réservant suffisamment à l'avance, on a plus de chance de pouvoir réserver un "carré famille". Là c'était un peu juste, on a du se contenter de places adjacentes normales.

J-3 : Impression de la checkliste bagages

J'imprime l'indispensable checklist pour préparer les bagages de bébé (que vous pouvez aussi télécharger en vous inscrivant sur ce site).

Voir les deux articles de ce blog dédiés à la préparation des bagages de bébé :
=> Préparation des bagages de bébé (Partie 1) (bagage à main)
=> Préparation des bagages de bébé (Partie 2) (bagage principal)

J-2 : Début préparation des bagages et réservation d'un taxi

Je sors la valise du garage. On a décidé cette fois-ci d'essayer de prendre qu'une seule grosse valise pour trois. Moins on a de valise, mieux on se porte (enfin c'est mon avis).

Ma femme essaie de réserver un taxi local en direct. Tous pris. Je réserve donc un TaxiG7, un peu plus cher (15 € en plus environ) mais c'est pratique. On peut payer par carte bleue et en plus je peux réserver gratuitement un siège auto pour bébé (cf un autre article de ce blog plus complet et consacré au trajet en taxi).

Ma femme appelle la famille et les amis qui nous accueillent chez eux : ils ont déja un lit "parapluie" et une baignoire pour donner le bain à bébé.

J-1 : Fin des préparatifs


C'est la veille du départ, plus le choix il faut finir de préparer les bagages.

On rentre du boulot le soir, on s'occupe du petit, on joue un peu avec lui, on lui donne le bain puis le biberon et on le couche.

20h15, on peut s'y mettre, sauf qu'évidemment il y a pas mal d'affaires à prendre dans la chambre du petit et qu'il faudrait idéalement le laisser s'endormir tranquillement. On se promet donc pour la prochaine fois de s'y prendre un peu plus à l'avance.

On coche les différentes affaires de bébé au fur et à mesure qu'on les ajoute dans la valise. Il reste cependant quelques affaires qu'on ne veut pas mettre ce soir dans les bagages. On en aura besoin demain matin. Pour ne pas les oublier, on les note rapidement au dos de la checklist que j'ai imprimé. Par exemples : le doudou de bébé, il dort avec cette nuit, ou encore sa brosse à cheveux car ma femme tient à le peigner un peu demain matin avant de partir.

21h15, on a finit de prendre toutes les affaires dans la chambre du petit et il s'endort assez vite. Il nous reste encore à dîner, à préparer le reste de nos affaires, à faire un brin de ménage, étendre le linge d'une machine. On se couche finalement vers 23h30. Demain le réveil sonnera à 6h30. Le taxi a été commandé pour 7h30.

Bilan de cette première phase de préparation

  • La checklist des bagages de bébé que j'ai imprimée nous a bien aidé : pris dans le tourbillon de tout ce qu'on avait à faire ce soir, elle nous a permis de garder ta tête froide et de ne rien oublier des affaires de bébé.
  • On retient quand même de penser à préparer les bagages un peu plus à l'avance la prochaine fois pour éviter le petit "rush de la veille au soir" et le fait de se retrouver obligé d'aller chercher des affaires de bébé dans sa chambre après qu'il soit couché.  
  • On a également oublié de prévoir de quoi manger à notre retour dimanche prochain.

J 0 (mercredi) : Jour du départ. Réveil 6h30.

On termine les bagages et on finit pour cela de cocher les dernières affaires qu'on avait noté au dos de la checklist hier pour penser à les prendre ce matin.

On avale un rapide petit déjeuner, une banane et un yaourt.

Un dernier petit coup de ménage dans la cuisine, je lance la machine à laver et je descends les poubelles.

Je commence à descendre de notre appartement la grosse valise vers 7h20, ca tombe bien le taxi arrive toujours 5 minutes en avance. Pendant ce temps ma femme reste avec le petit. Je remonte et prends l'autre sac du bébé et mon sac à dos. On descend et on monte tous dans le taxi. Je n'oublie pas de mettre aussi la poussette dans le coffre du taxi. Il m'est arrivé une fois de l'oublier et on s'en est rendu compte rapidement mais on avait perdu presque dix minutes en taxi. Depuis je n'oublie plus. "Il faut être pris pour être appris" comme disait mon grand père.

Ma femme essaie d'attacher bébé dans le siège auto. C'est la première fois qu'on installe bébé dans un siège auto, jusqu'ici on le mettait encore dans un "cosy" en voiture. Ma femme galère un peu pour l'attacher. Le chauffeur de taxi très gentil sort pour l'attacher, il a l'habitude avec les clients dit-il. Le siège auto est très bien. En plus, ils ont pensé à mettre un petit "réducteur", il est un peu incliné et bébé est installé très confortablement.  

7h32 on est dans le taxi, bien installé, je vérifie qu'on a bien pris tous les bagages et la poussette. Ok on démarre. Direction la gare de Lyon à 15 minutes de chez nous environ.

On retire les billets à une borne automatique. Il est presque 8h. Bébé n'a pas encore pris son biberon. Pour lui donner son biberon, on se pose dans le Starbuck café de la gare pas trop loin des quais d'où le train est sensé partir. L'application mobile "Sncf Direct" nous permet de savoir depuis quel quai notre train va partir.

8h10 faut y aller, bébé a bu les 3/4 de son biberon et fait une pause, notre train part à 8h20. Let's go. Ma femme emporte son chocolat chaud. Je laisse mon thé, il n'est pas terrible et je n'ai pas assez de mains pour l'emporter.

On s'installe tranquillement dans le train. Ma femme part changer bébé. Une petite annonce retentit "suite à un mouvement de grève, le train n'a été que très rapidement nettoyé, désolé pour la gêne occasionnée". Merci la sncf ;-) tant pi c'est pas dramatique. Ma femme revient, elle a changé bébé sur une banquette entre deux wagons, au début elle a suivi la petite "pancarte table à langer", mais après avoir traversé trois wagons avec bébé dans les bras pour rien, elle en a eu marre et elle a décidé de faire ça où elle pouvait. Pas de soucis.

Bébé finit son biberon, joue un peu puis s'endort à côté de ma femme, côté fenêtre (comme nous allons nous en rendre un peu plus tard, il aurait probablement mieux fallu l'installer côté couloir pour éviter qu'il ne soit trop près de l'air de la climatisation qui sort côté fenêtre dans les trains). Ceci dit à ce moment là tout va bien, je suis en face d'eux. Les deux amours de ma vie sont en face de moi. Je me mets à taper sur mon ordinateur en écoutant le premier album de Cocoon "My friends all died in a plane crash". Pas de danger, on voyage en train ce coup-ci. La grisaille parisienne laisse rapidement place à un beau soleil. Tout va bien.

Arrivée à Marseille, 1 heure d'attente avant notre correspondance en TER pour La Ciotat à 40 minutes environ de marseille en train. J'en profite pour aller passer à un guichet SNCF et acheter des billets pour un prochain week end que je n'arrivais pas à prendre sur internet suite à un problème technique du site web. Ma femme se pose dans une terrasse à café à l'abri du soleil.

Au moment de commencer à lui donner son repas de midi (bébé a bientôt 7 mois, et il prend un petit pot de légume à midi), elle oublie au début qu'il faut le faire réchauffer. Réaction immédiate, bébé renvoie énergiquement sa première bouchée et asperge généreusement le voisin d'en face pourtant situé à deux bons mètres de là (bon ok là je suis un peu de marseille ;-)). Le type, plutôt du genre armoire à glace, s'avère en fait très sympa et après avoir nettoyé rapidement son blouson maculé de purée de légume à la provençale, nous entamons une conversation très cordiale.

Après une fin de repas sans encombre, nous nous dirigeons vers notre TER, et là stupeur, le train est déjà bondé, nous sommes pourtant à 1/4 d'heure du départ du train. Les gens continue à affluer nous sommes coincés sur une passerelle entre deux wagons. Bébé est dans sa poussette. Ca pousse beaucoup tellement les candidats au voyage sont nombreux. Finalement le conducteur de train annonce qu'un autre train emmenera les passagers qui se rendent à certaines destinations dont la nôtre. Nous sommes donc priés de descendre de ce train et de monter dans celui d'à côté qui s'arrêtera spécialement pour l'occasion. Nous nous exécutons, soulagés en un sens de quitter cette atmosphère confinée et surchauffée. Et encore patatra le train à peine parti, nous apprenons que notre train ne s'arrêtera pas à La Ciotat mais à un arrêt un peu plus loin, à Bandol. Heureusement, nos amis viennent nous chercher en voiture et peuvent sans problème aller jusqu'à Bandol nous récupérer. Cependant nous nous pouvons nous empêcher de penser que si nous n'avions pas eu cette chance, le voyage se serait encore un peu plus compliqué. A bord le contrôleur n'est même pas capable de nous renseigner ("désolé je ne suis pas de la région, je ne sais pas où c'est Bandol, cet arrêt n'était pas prévu"). Quand on lui pose la question de savoir à quelle heure nous arrivons afin de pouvoir nous préparer un peu à l'avance à descendre du train avec les bagages et la poussette.

Malgré ces petits "ratés" de la SCNF et la gêne occasionnée nous arrivons finalement à la Ciotat pour déjeuner avec nos amis vers 14h avec une heure de retard environ.

Bébé n'a pas trop pleuré pendant le voyage, et tout semble s'être un peu près bien passé. Le soleil est plutôt de la partie. Petite promenade sur le port, pot en terrasse le soir.


J 1 (jeudi)


Le nuit s'avère difficile, il fait assez chaud dans notre chambre qui se situe sous les toits. Il fait environ 25 degrés. Bébé se réveille plusieurs fois alors que d'habitude il dort très bien. Peut être aussi une poussé dentaire ? Le lendemain matin, le thermomètre indique : 38,5 de fièvre.
On aurait peut être du faire plus attention à la climatisation dans le train. En fait mieux vaut installer bébé côté couloir et non côté fenêtre, car c’est de là qu’elle vient. Et il vaut mieux aussi penser à habiller bébé en superposant les vêtements, pour pouvoir en enlever et en remettre si besoin est. Et évidemment ne pas oublier les chaussettes ! On attrape froid par les extrémités c'est bien connu, mais ça on avait bien fait attention.

Petite sortie pêche entre mecs le matin. Merci à nos chéries.

La fièvre de bébé continue de monter jusqu'à 39,2 dans l'après midi. Les urgences sont juste à côté à pied, on décide donc d'y aller rapidement. L'accueil nous refroidit : plus d'une heure d'attente, pas de pédiatre de garde. Une infirmière nous suggère d'aller à l’hôpital de Marseille, La Timone dans lequel il y a un bon service d'urgences pédiatriques. On s'apprête à partir, mais en chemin, on réfléchit un peu, les urgences ce n'est pas le top pour bébé : les salles d'attentes sont pleine de germes, il risque de choper des saloperies. En plus il va falloir faire une heure de voiture, peut être plus et probablement encore du temps en salle d'attente. J'essaie de trouver le numéro du médecin généraliste de garde à la pharmacie la plus proche. Aucun numéro d'afficher. J'appelle le 15 : après un brève conversation avec un médecin du samu par téléphone sur les symptômes du bébé (de la fière et le nez qui coule clair, mais spécialement de gêne respiratoire), celui-ci décide effectivement de nous envoyer le médecin généraliste de garde passera directement à notre domicile (plus exactement celui de nos amis qui nous reçoivent). Soulagement. Deux heures plus tard environ, le médecin passe. Son diagnostique est double poussé dentaire et laryngite probablement d'origine virale, attrapée dans les transports ou à cause des chaud-froids.


J2 (vendredi)


La nuit s'est mieux passée, la fièvre de béb à commencer à tomber.  
Plongée avec bouteille le matin. On a le chance de voir un St Pierre, poisson rare dans le coin.
Retour à marseille chez le frère de ma femme en fin de soirée.


J3 (samedi)


Petite balade sur le vieux port de marseille le matin.
Visite du musée de la méditerranée l'après-midi.
Grand soleil et mistral de fou.
Heureusement on a la capote transparente de la poussette avec nous qui s'attache bien pour protéger bébé du vent. Pour bien mieux protéger bébé du soleil je fais pendre mon pull sur l'avant de la poussette. Il faudra que je regarde s'il existent des solutions plus efficaces dans le commerce.


J4 (dimanche)


Nuit difficile (je tombe malade à mon tour, mal de gorge, puis bientôt sinusite avec un peu de fièvre)    
Brunch à l'"Ambassade de Bretagne".
Visite du parc Longchamps :

Mistral toujours très fort.

Retour à la gare de marseille pour notre train de 18h08. Le train est bien bondé, mais comme nous n'avions plus de réduction intéressantes en deuxième classe, nous avons pris des billets en première pour un peu près le même prix. L'atmosphère plus sereine et plus calme facilite l'endormissement de bébé.
Il fait chaud dans le train, nous commençons pour dévêtir un peu bébé, puis au bout d'une demi heure la climatisation du train commence à faire effet. Nous prenons garde à le rhabiller en conséquence. Même pour nous même, on est mieux avec un petit sweat sur le dos. Je range mes tongs et mets des chaussures en prévision de notre arrivée à Paris.
Arrivée à paris sans encombre (bravo la Sncf) à 21h23.
En arrivant gare de Lyon, nous appelons TaxiG7 pour réserver un taxi avec un siège bébé. Au dernier moment comme ça, "la réservation" ne nous coûtera que 6€ (au lieu de 15€ quand on s'y prend à l'avance), mais on a eu de la chance d'avoir justement un taxi disponible avec un siège bébé. Pour pouvoir prendre le taxi nous dirigeons vers l'hotel Mercure à la sortie à côté de l'horloge, point ralliement des taxis avec réservation. On évite ainsi de faire la queue.


Retour à la maison

Bébé est super content de retrouver sa chambre. Il rit beaucoup et manifeste sa joie.
On range les affaires de la valise et on lance une première machine à laver avant de se coucher.
Le lendemain et les jours suivants, bébé est en pleine forme.


Conclusion

Ce voyage "dans le sud" a été très dépaysant et très sympathique, un peu compliqué cette fois-ci il est vrai par les quelques aléas du voyage aller, et surtout par les soucis de santé auxquels il a fallu faire face pendant le séjour. Ca arrive de temps en temps, mais ce n'est pas si grave. Et on gardera de très beaux souvenirs de ce voyage.